Gouffre de poudrey - spectacle musique et lumière
Présentation
L'exploration
Géologie du réseau souterrain
La légende du gouffre
La visite du gouffre
Les services
Retour introduction
Accueil > L'exploration

L'exploration

RÉCIT DE L'EXPLORATION
PAR LE PROFESSEUR E. FOURNIER

« A gauche de la grand’ route en allant de l’Hôpital-du-Grosbois à Etalans, presque à la limite du bois de Combe-la-Grise, s’ouvre un profond entonnoir dont l’entrée est entourée d’un bouquet d’arbres et qui donne accès dans un gouffre intéressant, creusé dans les calcaires Astartiens et Rauraciens.

Pendant longtemps ce gouffre ne fut connu que des habitants du pays, et encore bien rares étaient ceux qui se hasardèrent à  y descendre !

Au premier abord, il semble en effet impossible d’y pénétrer sans faire usage des échelles et des cordes ; c’est d’ailleurs ce que nous fîmes, lors de notre première exploration le 5 février 1899 en compagnie de MM. BRESSON, COPPEY, DEPRAT, DROUHARD, MARÉCHAL et PONCET.

L'échelle fut placée le long de la paroi la plus abrupte du gouffre et, après une descente d’une trentaine de mètres de verticale, nous prîmes pied sur le talus d’éboulis, au point où aboutit actuellement l’escalier construit pour faciliter la visite du gouffre.

Nous nous aperçûmes alors que, latéralement existait une sorte de couloir, dans lequel coulaient les éboulis et qui permettait d’atteindre le fond, sans autre matériel qu’une simple corde, nécessaire pour franchir un petit ressaut de 3 à 4 mètres.

C’est ce couloir que l’on a maintenant utilisé pour établir l’escalier. Quant au ressaut, une échelle d’escalier a  été placée à l’entrée pour le franchir.

Le gouffre donne accès dans une salle immense, qui ne mesure pas moins de 200 mètres de long sur 90 mètres de large et une cinquantaine de hauteur de voûte.

L’aspect de cette salle est véritablement imposant : du fond situé à 100 mètres environ au-dessous de la surface, on aperçoit l’entrée, éclairée par la lumière verdâtre venant de l’orifice.

De superbes piliers stalagmitiques ornent le fond de la salle, tandis que de rares groupes de stalactites pendent de la voûte.
Vers le fond de la salle, à gauche de l’entrée, des suintements ont donné naissance à un minuscule lac d’une douzaine de mètres de longueur, sur le bord duquel on recueille de nombreuses perles des cavernes, sortes de petites concrétions plus ou moins sphériques de carbonate de chaux.

Dans la partie la plus basse de la salle, sous les éboulis encroûtés de stalagmites, s’ouvre une sorte de fausse galerie, d’une vingtaine de mètres de longueur, qui se termine en cul-de-sac et absorbe les suintements et le trop plein du lac. »

bigbang communication Diaporama/Plan du site Internet/Liens/Mentions légales/Contact
Horaires
Plan d'accès
Tarifs
Les groupes
Contact
Conseils pour la visite
Espace Presse